Essai Ford Ranger Wildtrak 3.2 TDCi 200 : le test en tout-terrain

Les pick-up sont appréciés des professionnels pour leur aisance à rouler sur les terrains difficiles. Que vaut le nouveau Ford Ranger 2016 dans ces conditions ? Nous avons mis ses capacités tout-terrain à l’épreuve.

8.5
sur 10

The Good

  • Style réussi
  • Aptitudes tout-terrain
  • Position de conduite

The Bad

  • Moteur bruyant
  • Consommation élevée
  • Gabarit imposant (double cabine)

Le Ford Ranger est l’un des pick-up les plus vendus en Europe. Il plait pour son look viril et sa charge utile importante (jusqu’à 1260 kg en Simple Cab deux places), parmi les meilleures du segment. Mais que valent ses capacités en tout-terrain, critère important aux yeux de certains professionnels ?

Pour le savoir, nous nous sommes rendus sur un parcours « 4×4 » avec un Ranger Double Cabine Wildtrak, la version la plus luxueuse et la plus chère de la gamme du pick-up Ford (à partir de 33 683 euros HT).

Le Ford Ranger ne craint pas la boue

Le parcours est un mélange de montées obliques et de pentes raides, le tout sur un terrain assez accidenté. Une autre difficulté vient corser l’exercice : le mauvais temps. La pluie qui tombe depuis plusieurs heures a transformé le parcours en champ de boue.

Dans ces conditions exceptionnelles, nous passons directement en quatre roues motrices. Pour cela, rien de plus simple : il suffit de tourner la molette, située près de la commande de boîte, sur le mode « 4×4 H » (H pour High, vitesses longues).

Sur le plat, le Ford Ranger roule sans broncher et sans perte de motricité. Il faut juste corriger de légers écarts de trajectoire, causés par la bonne épaisseur de boue sur laquelle nous roulons.

La première difficulté se présente quelques instants plus tard, en arrivant au pied d’une belle cote. Nous enclenchons le mode « 4×4 low » pour passer en vitesse courte. Le Ranger grimpe sans problème, bien aidé par le fort couple (470 Nm) de son 5 cylindres diesel 3.2 TDCi. La garde au sol élevée (23 cm) et les angles d’attaque et de fuite importants (28 et 25 degrés, respectivement) lui permettent de passer partout.

Merci au blocage de différentiel

Nous arrivons sur un petit chemin. Végétation dense, route étroite, virages serrés : les conditions ne sont pas franchement idéales pour circuler en Ford Ranger Double Cabine (5,36 m de long pour 1,86 m de large). Plus nous avançons sur ce chemin, plus le terrain devient glissant. Le pick-up Ford patine, mais passe sans problème en bloquant le différentiel arrière.

La pluie redouble d’intensité. Nous ne voyons presque plus rien. Heureusement que la position de conduite haut perché nous permet d’éviter les obstacles qui jonchent le bord de la route. Il ne s’agirait pas de crever ici…

Le parcours se termine par une grande pente à près de 20%. C’est l’occasion de tester l’assistance en descente. Ce système freine automatiquement le véhicule pour éviter qu’il ne prenne trop de vitesse en pente. C’est très efficace et un vrai plus pour la sécurité, surtout si vous n’avez pas l’habitude de rouler sur les terrains glissants.

Nous voilà de retour sur le bitume. Notre Ford Ranger est sale mais il a réussi avec brio son examen de passage.

Bilan essai Ford Ranger Wiltrack 3.2 TDCi 200

Les terrains difficiles n’effraient pas le Ford Ranger. Même dans des conditions exécrables, il répond toujours présents grâce a sa transmission intégrale et son blocage de différentiel. Des lors, si vous êtes à la recherche d’un pick-up à l’aise sur tous les terrains, le Ranger est un bon choix. Dommage que la finition Wildtrak, au look sympa et à l’équipement très riche, ne soit pas disponible avec la version Simple Cabine.

Moteur

Énergie : Diesel
Cylindrée : 3198 cc
Architecture : 5-cylindres en ligne, 20 soupapes
Position : longitudinale avant
Distribution : chaîne
Suralimentation : turbo à géométrie variable
Alésage x Course : 89,9 mm x 100,76 mm
Taux de compression : 15,7:1
Puissance : 200 ch à 3000 tr/min
Couple : 470 Nm dès 1500 tr/min
Transmission : propulsion ou aux quatre roues
Boîte : automatique à 6 rapports

Performances et consommations

0 à 100 km/h : 10 secondes
Vitesse maxi : 175 km/h

Consommation urbaine : 9,7 l/100 km
Consommation extra-urbaine : 7,4 l/100 km
Consommation mixte : 8,3 l/100 km
Autonomie théorique : 964 km
Émissions de CO2 : 231 g/km
Capacité réservoir : 80 litres

Dimensions

Longueur : 5,36 m
Largeur : 1,86 m
Hauteur : 1,80 m
Empattement : 3,22 m
Garde au sol : 23 cm
Angle d’attaque : 28 degrés
Angle de fuite : 25 degrés
Longueur de benne : 1,55 m
Largeur de benne : 1,56 m
Charge utile maximale : 1030 kg (3.2 TDCi 200 BV6)
Poids à vide : 2090 kg

Châssis

Carrosserie : pick-up 4 portes, 5 places
Diamètre de braquage : 12,7 m
Jantes : 18 pouces
Pneumatiques : 265/60 R18
Roue de secours : oui
Freins avant : disques ventilés
Freins arrière : disques pleins

Budget et entretien

Prix : à partir de 35 158 € HT (TVA non récupérable)
Puissance fiscale : 11 CV
Garantie : 3 ans ou 100 000 km
Périodicité d’entretien : 24 mois
Date de sortie : mai 2016
Pays de production : Nigéria (Ikeja)

  • Frederic Raulin

    Vous trouverez ci-joint le résumé du monologue que j’ai eu avec Ford durant ces 4 derniers mois

    J’ai commandé mon véhicule fin avril 2016 pour une livraison début septembre en prévision d’une mission au Maroc début novembre. La livraison a eu lieu début octobre ce qui ne m’a laissé que quelques semaines pour préparer mon voyage. Lors du trajet aller vers le Maroc j’ai dû faire une halte à la concession Ford de Montpellier car un voyant moteur s’allumait. Le diagnostic de vos collègues était un dysfonctionnement de la vanne OGR. Après la suppression du défaut vos collègues m’ont dit que je pouvais prendre la route et que si le défaut revenait de me faire rapatrier par l’assistance FORD. J’ai donc continué ma route vers le Maroc.

    Après quelques jours de pistes, le voyant de l’Adblue c’est allumé. Après avoir eu vos collègues de Reims au téléphone qui m’ont conseillés de faire le plein du réservoir d’Adblue qui n’était rempli qu’a moitié lors de la livraison sans que j’en sois avertis. Cette action n’eut aucune incidence.

    Comme l’alerte me donnait 800km d’autonomie, j’ai décidé de me diriger vers la concession Ford de Marrakech. Durant ce transfert le véhicule est resté bloqué en 4×4 courte toute une matinée et c’est enfin débloqué lors d’une marche arrière.

    Vos collègues Marocains ont diagnostiqué un problème de réchauffage de réservoir d’Adblue qu’ils ne pouvaient réparer car ils n’avaient pas les schémas électriques du véhicule. Mais ils m’ont recommandé de rentrer directement en Europe pour bénéficier de l’assistance en réinitialisant le défaut régulièrement par la prise diagnostique. J’ai donc dû écourter mon séjour au Maroc pour rentrer en Europe.

    Le véhicule est arrivé chez vous le 19 novembre, durant 2 semaines vos collègues ont travaillé dessus sans succès, je pouvais le récupérer le week end. A la fin de la troisième semaine il fut totalement immobilisé. Ensuite je n’ai pas pu le récupérer pour les fêtes de Noel et j’ai dû annuler un voyage dans le sud où l’on m’attendait pour faire des travaux. J’ai appelé vos collègues de Ford France pour ouvrir une réclamation, qui n’a pas pu être ouverte car je n’avais pas le numéro de série du véhicule. J’ai donc fait un Email de contestation sur les recommandations de votre collègue du service client. Email qui n’a jamais eu de réponse. J’ai donc envoyé la première lettre recommandée le 26 décembre 2016. Lettre qui n’a jamais eu de réponse. Les pièces devaient arriver semaine 2. Ne pouvant pas récupérer mon véhicule semaine 5 j’ai refait une autre lettre recommandée à laquelle je n’ai eu que quelques semaines plus tard une réponse par lettre classique que vous avez eue en copie.

    J’ai donc décidé de faire envoyer par un avocat une mise en demeure pour les réparations et d’en avertir le greffe du tribunal. N’ayant toujours pas de réponse avant de lancer la procédure judiciaire j’ai souhaité à 4 reprises contacter Ford France pour trouver un arrangement à l’amiable. J’attends encore qu’on me rappelle.

    J’ai récupéré mon véhicule le 25 février 2017 après plus de 16 semaines d’immobilisation, 5 semaine d’utilisation et 10 mois après la commande. Et 2 semaines plus tard retour en dépanneuse après réparation, lors du retour à la maison, une dizaine d’alarmes ce sont mise en route, ESP, ABS aide au parking défaut moteur…

    Il est toujours en concession après prêt de 20 semaines

    Dans ces conditions vous comprendrez mon mécontentement. J’attends toujours des compensations et une extension de Garantie.